dimanche 14 décembre 2014

Le retour à la maison

Après 2 mois 1/2 d'hospitalisation, notre fils est rentré à la maison. 77 jours hors du temps, passés à ses côtés, rythmés par ses progrès : respiratoires d'abord, et puis alimentaires. Il est sorti une semaine après son terme officiel, avec 3,2kg, et des joues bien rebondies. Il n'est pas tout à fait autonome pour s'alimenter, mais un système qui complète avec mon lait ses repas au sein nous a permis de rentrer à la maison. Je ne raconte pas ici tout ce parcours en détail, il a traversé tellement de choses... Quelle force. 

Depuis, c'est la vie à 3, le bonheur ! 2 jours après la sortie de l'hôpital nous avons malheureusement du y retourner pour 48h après une grosse frayeur : une fausse route après une prise de médicaments (très nombreux...), perte de connaissance, bouche à nez... Un vrai choc, mais nous nous en sommes sortis même si les images reviennent.

Nous inventons désormais un autre quotidien, avec de nombreux rdv médicaux pour lui, un suivi rapproché que nous prenons avec philosophie. La PMA ne m'a pas seulement apporté un enfant, elle m'a aussi appris à en profiter. 

De mon côté, j'ai eu la mauvaise surprise d'apprendre que j'avais une rétention placentaire lors de mon rdv post césarienne... Ma gynéco a préféré me laisser tranquille vu ce que mon corps avait enduré : on attend 2 mois que ça s'en aille tout seul en surveillant ma température et en prenant des antibios à la moindre alerte, si ça ne part pas, c'est curetage. Je la revois dans un mois, les saignements ayant disparu, je croise les doigts pour que ce soit parti...

Je prendrai le temps d'écrire plus longuement, sur le processus d'attachement notamment, dès que je trouve du temps.

mardi 14 octobre 2014

Retour sur les semaines passées...

Je suis enfin revenue à la maison, je couche donc ici le récit de ces dernières semaines...

Le monito de contrôle
Un lundi matin, 30SA, je vais faire un monito de contrôle à la maternité de chez moi. Ma tension est élevée, comme d'habitude... On me fait des analyses complémentaires, sans me dire grand chose. Une échographie qui montre que le placenta ne fonctionne pas bien, à cause de l'hypertension, et que le bébé a un retard de croissance assez important. On me garde en hospitalisation. Je suis encore sereine, je me dis qu'ils prennent leurs précautions, que c'est de la surveillance. 1ère nuit à l'hôpital.

La pré éclampsie
Le lendemain matin, nouveau monito et contrôle de tension et analyses diverses. Je me sens bien. Mais 3 blouses blanches arrivent dans ma chambre, m'emmènent en salle de travail (en salle de travail ????), me posent des perfusions diverses et m'expliquent qu'ils vont me transférer au Chu à 100km de là pour faire naître le bébé car je fais une pré éclampsie. On m'injecte des corticoïdes pour accélérer la maturation de ses poumons. Tout ça est très brutal, même violent, je ne suis qu'à 30SA, je sais qu'il est trop petit. Je suis donc transférée en Samu dans l'après midi. A notre arrivée au Chu, je refais tous les examens, encore, on est très entourés et on nous explique clairement ce qui se passe, et les scénari les plus probables =  gagner le plus de temps possible (quelques jours selon eux), avant une césarienne en urgence. Nouvelle écho, son poids est estimé encore plus bas... 

Le transfert au Chu
Je reste plusieurs jours au Chu, sous perfusion, avec 3 monitos par jour... J'entends son cœur, comme un cheval au galop, mais il fatigue. Moi je suis fatiguée aussi, des maux de tête, mais je me sens pas si mal que ça (alors que ma tension, malgré les perfusions, montera à 19/12). Au fond je suis toujours assez sereine avec les jours qui passent, je ne crois pas à une naissance si tôt... Si on a gagné 1 semaine, pourquoi pas plus ? Les pédiatres de la néonat viennent se présenter, nous parler de la suite... ça me paraît surréaliste, pas pour nous. 

Hellp syndrome et césarienne
Lundi matin suivant, un peu avant midi, 5 blouses blanches arrivent dans ma chambre, donc le professeur grand chef et une chirurgienne, ça ne sent pas bon. On m'explique qu'il faut que le bébé naisse dans les 2h qui suivent, car  la pré éclampsie se complique d'un hellp syndrome, qui atteint gravement mon foie... Bien, je me sens prête après cette semaine où tout le monde nous a super bien accompagnés. J'appelle mon chéri, il arrive juste avant la césarienne !

La césarienne est un souvenir incroyable, lui et moi main dans la main, le bébé qui bouge juste avant la rachi anesthésie. Et surtout,  son cri à la naissance, une victoire incroyable, il résonne encore. Ils ont baissé le champ pour qu'on le voit avant qu'ils ne l'emmènent.

Si seulement la journée s'était arrêtée là !

 Hémorragie, embolisation...
Retour en salle de réveil. Mes plaquettes étant basses à cause du hellp, la rachi anesthésie a été très courte (de fait, je récupère mes jambes tout de suite), donc la chirurgienne s'est dépêchée de refermer. Malheureusement je fais une hémorragie après. Plusieurs solutions sont essayées... perfusions diverses, comprimer l'utérus par l'intérieur avec un ballon (alors que mon col est totalement fermé...), ça me marche pas. Ils finissent donc par une embolisation des artères fémorales, qui se fait sous anesthésie locale sous radio, et qui consiste à "boucher" les artères qui mènent à l'utérus pour arrêter l'hémorragie. Ce fût long et stressant, un très mauvais souvenir. Mes plaquettes continuent de chuter, donc ils n'enlèvent pas le cathéter qu'ils ont mis dans mon artère dans l'aine car je ne peux pas coaguler. Conséquence : je ne dois pas bouger la jambe et donc je reste allongée jusqu'à ce qu'on me l'enlève, c'est à dire pendant 4 très longs jours.

La semaine qui a suivi a été difficile, extrême fatigue, douleurs, choc de ce qui s'est passé... Et d'autres complications : d'abord une frayeur suite au retrait du cathéter fémoral, car malgré un point de compression pendant 20 min, l'artère fuitait à l'intérieur. Nouveau point de compression de 30 min, c'est réglé... avec un hématome douloureux. Et enfin, des complications de la cicatrice de césarienne qui coulait (beaucoup) pendant 1 semaine... A cause du hellp, encore, de l'eau des cellules s'écoulait par là, ça s'est réglé après une perfusion d'albumine. Mais la cicatrisation ne n'est pas bien faite et je dois faire attention pendant les 2 prochains mois à ne pas faire certains gestes (pourtant très courants...).

Bref, après 3 semaines d'hospitalisation, je suis enfin chez moi, ça va beaucoup mieux, physiquement et moralement, même si je suis très affaiblie ! Nous digérons toute cette histoire, le plus difficile pour moi étant la nostalgie de ma grossesse, me rappeler de mon bébé qui bouge dans mon ventre = je pleure dans les 2sec suivantes !

Et le bébé ?
Notre bébé pesait 1.3kg à la naissance, pour 39cm. Il a été intubé et mis sous sédatifs, en couveuse fermée, le lendemain de sa naissance, pour une semaine environ. Je ne l'ai pas beaucoup vu, mais le papa si. On a quand même pu faire des peau à peau !

Il a ensuite été extubé, pour un installer une autre aide respiratoire, moins lourde. Du coup on entend sa voix, il n'est plus sédaté, il fait beaucoup de progrès. La 3ème semaine, il digère de mieux en mieux (il est nourri par sonde gastrique avec mon lait), du coup on lui enlève sa perfusion centrale, une victoire de plus. Il régule mieux sa température aussi. Mais il fait beaucoup d’œdème.

Après 3 semaines dans le service de réanimation du Chu, entourés d'une équipe exceptionnelle... Il est transféré en néonat dans la maternité de chez nous ! Le transfert a été difficile pour lui et nous, ça l'a beaucoup perturbé, mais maintenant il va mieux. On profite de câlins, peau à peau et mises au sein ( il n'est pas encore capable de boire !), en couveuse ouverte, avec moins d'appareils. Il lui reste son appareil respiratoire, très encombrant...sa sonde gastrique et ses capteurs. 

Nous savons que les prochaines semaines vont être longues, mais putain, quelle victoire et quelle force pour un si petit être, entre la fiv et la grande prématurité... Il est là. Nous nous sentons paradoxalement extrêmement chanceux de si bien nous en sortir, et infiniment reconnaissants envers les équipes médicales. La vie ne fait que commencer.

mercredi 24 septembre 2014

31 SA : il est né

On aura gagné une semaine ! Nouvelle pré éclampsie et césarienne en urgence suivie d'une hémorragie : ça a été dur et je me remets doucement.
Et le principal : notre petit garçon est né avec 1, 3kg. Il a crié à la sortie mais il est maintenant sous assistance respiratoire, je l'ai très peu vu mais le papa me raconte tout :)
Je vous raconterai ça une fois remise. Merci pour vos messages de soutien !

jeudi 18 septembre 2014

30 SA : l'hospitalisation d'urgence

Après un simple monito de contrôle à la maternité (de niveau 2) tout est allé très vite : signes de prééclampsie, hospitalisation (je précise que je me sentais bien et pas plus inquiète que ça), et le lendemain ça part en vrille, perfusion et transfert au chu de la région car on nous explique qu'il va falloir faire naître le bébé.  C'est plutôt violent et  ils ont finalement réussi à me stabiliser. Nous digerons tout ça et croisons les doigts pour que ça dure le plus possible. ... il est encore si petit.
Le réseau ici est nul alors je reviendrai en détail sur tout ça plus tard.

lundi 1 septembre 2014

Fin du 6ème mois

Pfiou, c'est passé vite ! Ces dernières semaines ont été géniales : vacances et reprise du boulot dans une période calme. Je suis toujours sur mon nuage. 
Nous avons profité de notre été pour préparer la chambre de notre bébé, et stocker tout ce que les uns et les autres nous ont donné au passage (cartons de vêtements, lit, poussette...). 

Côté grossesse, ma tension a du mal à se stabiliser, malgré mes 4 cachets par jour. Le reste est au beau fixe, seulement, après ma dernière visite, l'hôpital m'a gardée pour un monito et quelques analyses. Les petits maux de grossesse sont là aussi, mauvais sommeil, jambes enflées, fatigue, contractions et sensations désagréables causées par un bébé très bas.... et pourtant j'adore cette période, bien plus que je ne l'aurais imaginé puisque je n'ai jamais vraiment fantasmé sur la grossesse  ! 

Les prochaines étapes sont un rdv chez le cardiologue, encore, et m'inscrire aux cours de préparation à l'accouchement (l'accou quoi ??), la dernière écho dans un mois. En attendant je me ménage pour tenir sur la longueur, même si je sais que je serai arrêtée à la moindre fatigue ou stress qui augmenterait encore ma tension.

Côté silhouette, je m'arrondis, évidemment, mais je ne suis toujours pas bien grosse, alors que je mange beaucoup plus que d'habitude. La balance commence à être plus sympa avec moi : + 6kg. 
J'adore ce ventre qui s'arrondit, et de sentir (et voir) le bébé bouger reste une sensation incroyable (même si pas toujours physiquement agréable !).

samedi 19 juillet 2014

Echo du 2ème trimestre et trisomie 21

Finalement, suite à mon dernier article, mon généraliste m'a mise au repos, j'étais à côté de la plaque, complétement déphasée. Il y avait de la fatigue, et puis les effets secondaires de mon traitement contre l'hypertension. 

Suite à mon mauvais résultat au tri-test ma gynéco m'avait pris rdv dans un centre de diagnostic trisomie 21, pour une écho préalable (ou non) à une amniocentèse. Evidemment, ça m'a pas mal travaillée, parce que le dépistage trisomie soulève beaucoup de questions personnelles et éthiques.... et ça fait cogiter. Donc le gynéco, spécialiste de ce dépistage, a débuté la consultation en nous posant directement la question : qu'est ce qu'on fait s'il est trisomique ? S'en est suivie une discussion avec lui sur le sujet, on le sentait habitué à ces questions, c'était très rassurant. 

Bref, pour moi, faire une amniocentèse était de moins en moins envisageable plus j'y pensais. Et arrêter cette grossesse aussi. Notre unique chance d'être parents, ça change pas mal la façon de voir les choses je crois (même si d'autres font d'autres choix que je respecte bien entendu). Du coup, il nous a proposé de ne pas faire cette écho de dépistage : les signes sont nombreux et pas forcément spécifiques à la trisomie, du coup c'est plus anxiogène qu'autre chose si on ne fait pas l'amnio ensuite... Son discours était très cohérent, et il nous laissait le choix. Nous avons donc choisi de ne pas la faire cette écho de dépistage... considérant que le risque de perdre le bébé (1/250 selon les statistiques les plus optimistes) était supérieur au risque de dépister une trisomie (1/350 pour nous suite au tri-test). Et bizarrement ça m'a soulagée, je crois que j'avais plus peur qu'on me prenne mon bébé plutôt qu'une trisomie soit détectée... Ce sont des sentiments profonds qui se révèlent souvent une fois les décisions prises : donc je sais que nous avons fait le bon choix ! 

Bon, du coup il m'a fait l'échographie morphologique du 2ème trimestre, pour laquelle nous n'avons pas eu le temps de nous poser de questions flippantes, et ça tombe bien : tout est normal, il a tout ce qu'il faut là ou il faut. Il était juste dans une position bizarre, m'enfin il fait bien comme il veut d'abord. En plus, on a trèèès bien vu, contrairement aux précédentes échos, l'image était top, on a super bien vu son profil et son petit nez, je ne sais pas si c'était dû à l'appareil ou au fait que je ne mets plus d'huile ou de crème sur le ventre depuis 3 semaines.

La veille j'avais eu ma visite du 5ème mois avec la gynéco de l'hôpital, tout s'est bien passé, nous avons encore parlé hypertension...  Et elle m'avait fait une petite écho : notre petit garçon avait le hoquet, mais je la crois sur parole car je ne reconnaissais pas grand chose :)

Maintenant, c'est vacances ! Je suis à la moitié de ma grossesse, je me trouve tellement chanceuse et heureuse d'en être là. Et puis je le sens bien bouger maintenant, c'est génial ! Par contre je n'ai toujours pas pris beaucoup de poids (2 kg à peine), alors que je mange beaucoup. J'ai pris du ventre évidemment, mais c'est tout.

vendredi 4 juillet 2014

Hypertension, moment de solitude et fatigue !

Le retour d'un agenda rempli de rdv médicaux. J'ai vu 3 fois le cardiologue en une semaine ! Conclusion : ma tension est haute. Sans blague. Du coup il ajoute un autre traitement à celui que je prends déjà, et on se refait tout ça dans un mois... Prise de tension sur 24h et tout le toutim. Les effets secondaires de ce nouveau médicament sont vraiment très bizarres, genre j'ai l'impression d'avoir une fourmilière dans le cuir chevelu.

A part ça, la gynéco qui me suit à l'hôpital m'a appelée pour me dire qu'elle avait quand même un doute sur la trisomie 21, et que compte tenu de mon hypertension, elle avait pris un rdv pour moi à la grande ville pour une échographie poussée, dans 15 jours. C'est à dire quelques jours avant l'écho officielle du 2ème trimestre. Et le lendemain de ma consultation du 5ème mois. Quand je vous dis que l'agenda est rempli... et entre 2, je travaille. Évidemment, ça m'inquiète un peu tout ce suivi d'un coup.

Et puis, cette semaine, j'ai vécu un moment de pure gloire au boulot. Une réunion extérieure, sur le terrain, une journée chaude et sans air. J'ai vomi devant tout le monde, comme ça sans prévenir. Ahah, merci la grossesse de me faire perdre toute dignité, le pire c'est que ça me fait rire, j'ai à peine honte. De façon générale, je constate que d'être enceinte rend les gens autour très compréhensifs et prévenants, hommes et femmes confondus. 

Mon ventre commence à se voir un peu, le weekend dernier, pour la première fois, quelqu'un a remarqué que j'étais enceinte. J'avais envie de tirer un feu d'artifice et de faire une dépêche AFP ! 
J'avoue aussi que de connaître le sexe de mon bébé m'a rendue dinde, et que c'est une information que j'ai envie de donner à tout le monde, ça me rend fière (ça aurait été pareil si ça avait été une fille !), alors que bon... tout le monde s'en fout :) Sauf les futurs grands parents, qui eux ne sont pas encore au courant, on les fait mariner un peu. 

Dans 10 jours ça fera 3 ans que j'ai arrêté la clope pour avoir un bébé... et les vacances, c'est dans 15 jours : vite !!!

Bises à toutes.

vendredi 27 juin 2014

Et c'est ...

Résumé des épisodes précédents :

La semaine dernière, la sage femme me demande de surveiller ma tension et de rappeler si elle est toujours élevée. Je le fais, et évidemment, elle est toujours élevée. 

Lundi matin je téléphone donc à la maternité, depuis le boulot, tranquilou. Et ils me demandent de venir tout de suite, ah ? OK. Pendant 2h, on me met dans un lit, je m'endors, ma tension redescend, ça satisfait la sage femme de service qui me renvoie chez moi (enfin, au boulot). Euh ? 
Mon généraliste m'obtient un rdv en urgence chez un cardiologue qui m'explique les risques et me demande de faire une échographie rapidement pour vérifier que le bébé grandit bien. Je dois également faire un contrôle de tension sur 24h la semaine prochaine. J'obtiens une écho le lendemain... J'étais sereine jusque là, après tout, ça fait longtemps que j'en fais de l'hypertension, et je suis traitée pour. Mais bizarrement, que tout le monde considère mon cas comme urgent commence à m'inquiéter.

Échographie faite à 17 semaines de grossesse : tout va bien. Et c'est un petit garçon !
Echo officielle dans un mois, et suivi mensuel non plus par la sage femme, mais par une gynéco. 

Le seul point noir c'est le résultat du tri-test trisomie 21 qui n'est pas excellent, 1/350. La gynéco était quand même très rassurante et me propose d'attendre la prochaine écho morphologique avant de décider ou non d'une éventuelle amniocentèse. La clarté nucale était bonne, et puis ce n'est qu'un calcul de risque, alors je ne m'en fais pas trop !

L'annonce de la grossesse à mon chéri s'étant faite par téléphone, FIV oblige... Cette fois j'ai pris le temps de soigner un peu l'annonce du sexe au papa, histoire qu'on s'en souvienne un peu :)
Je trouve que ça change quand même les choses de connaître le sexe, je suis super contente de pouvoir penser à lui de façon plus concrète. Paradoxalement, je pensais que c'était un garçon (j'ai tricoté que des couleurs plutôt masculines, et je n'ai lu que le chapitre garçon de mon livre de prénoms !), mais en général (avant la grossesse) je me suis toujours imaginée avec une fille !

Point grossesse : moins de nausées et de vomissements, mon ventre grossit toujours, je suis super poilue du ventre, je fais toujours autant pipi, et la nouveauté c'est que je me suis mise à pleurer (pas de tristesse) 2 fois comme ça pour rien, les hormones je suppose. C'est la fin du 4ème mois, on est toujours aussi heureux.

mercredi 18 juin 2014

La consultation du 4ème mois

La consultation du 4ème mois a eu lieu à la 16ème semaine de grossesse, avec une sage femme de l'hôpital. En fait, il ne s'est pas passé grand chose je trouve, de la paperasserie, des ordonnances d'analyses, un peu de discussion... Elle a écouté le cœur du bébé, qui bat toujours très bien ! Un prélèvement vaginal, une prise de tension, et roulez jeunesse... Elle n'avait pas mes résultats de trisomie 21 alors que j'ai reçu un courrier du labo m'informant qu'il les avait transmis...

Ma tension étant haute, comme toujours, elle me demande de la surveiller, conseil qui m'énerve un peu de façon générale. Comment je surveille ma tension ? Et quand je dois m'inquiéter puisqu'elle est toujours élevée ? Et si je dois m'inquiéter je fais quoi exactement ? Bref, juste une source de stress. 

A part ça la sage femme était très gentille et à l'écoute, mais je n'avais pas grand chose à dire en fait. La prochaine écho est carrément en août au lieu de mi-juillet, les plannings sont pleins... Une éternité. J'ai tellement hâte de savoir que le bébé est en forme et de connaître son sexe !

Je n'attendais rien de particulier de ce rdv, et de fait, bof bof bof. Mais tout va bien, c'est le principal. Mon ventre s'arrondit, j'ai retrouvé mon poids initial, on a senti le bébé bouger il y a quelques jours (depuis non !), c'était un moment génial. Vivement que je le sente plus souvent et de façon plus franche !

samedi 17 mai 2014

Une pause kit-kat

A l'immense joie de l'écho des 12SA a succédé une immense fatigue et un redoublement des nausées. Rien de grave évidemment, pas assez pour entamer mon moral ! Je suis donc arrêtée pendant 2 semaines.

Nous commençons à nous autoriser à nous projeter. J'ai fait un premier achat symbolique, un ptit pyjama naissance tout mignon, mon cœur s'emballe quand je le regarde. Des livres de grossesse que je dévore. Mes aiguilles à tricoter vont reprendre du service après une longue pause de 3 ans (qui correspond à nos essais bébé, comme par hasard...). Je peux rêver. Cajoler cet espoir dans ma tête, y penser, y repenser, laisser mes émotions vivre leur vie.

Je sais que maintenant, c'est officiel. J'ai envoyé ma déclaration de grossesse, les risques de fausse couche sont derrière nous, tout va bien. Bizarrement, je n'ai pas vraiment envie de le dire à la terre entière. Nos proches ont été immédiatement au courant, c'était la moindre des choses étant donné leur soutien incroyable pendant notre parcours pma. Nous les avons donc informés au fur et à mesure des étapes...

Au boulot, mon chef était au courant de la fiv, je lui ai annoncé cette semaine que j'allais avoir un bébé, le moment a été émouvant. Mais je me suis arrêtée là pour les annonces ! J'ai peur d'être envahie d'attentions et de conversations qui ne me disent rien de bon. Ce qui est certain, c'est que je compte parler de la pma, c'est important pour moi. Et si une pmette est dans les parages, elle me détestera un peu moins :)

Un point sur ma life de pregnant bitch :

Côté mon corps change, j'ai toujours beaucoup de nausées et vomissements, des réveils pipi intempestifs, beaucoup de salive, des odeurs qui me retournent. Mais ma poitrine est toujours égale à elle-même, je crois qu'elle n'est pas au courant que je suis enceinte, merde alors !

J'attends que ça passe, bientôt paraît-il ! Et puis surtout, mon ventre commence à pousser, et ça c'est chouette. Évidemment, ce n'est pas encore visible en un coup d’œil, mais moi, je le vois.

lundi 12 mai 2014

Le ticket gagnant :)

Nous avons donc fait la fameuse échographie, à 12 SA pile poil. J'étais un peu stressée juste avant, mais pas tant que ça finalement. Ces dernières semaines ont été sereines, à part les nausées et autres réjouissances.

Tout va bien pour notre foetus, il mesure 5,5cm et son coeur bat. Tout est bien là où il faut. L'échographiste n'arrivait pas à voir la nuque, il était mal placé, malgré de longues tentatives pendant lesquelles nous avons profité en long et en large du bébé, elle m'a demandé d'aller marcher quelques minutes et de revenir. 2ème séance de cinéma, une folle journée ! Au final la clarté nucale est bonne, 0,9cm. 

Inutile de préciser que c'était une échographie sur le ventre (une petite endo quand même pour voir la nuque, mais sans succès), et pour finir elle m'a remis la déclaration de grossesse, c'est tellement symbolique. 

Je me ferai suivre par une sage-femme de l'hôpital, prochain rdv mi-juin. 

On est HEUREUX. Putain.

mardi 22 avril 2014

7 semaines, petit rappel à l'ordre !

7 semaines de grossesse, et jusqu'ici peu voire pas d'angoisses ou d’inquiétudes, tout allait bien. Depuis quelques jours, une grosse fatigue et beaucoup de symptômes relou, mais qui au final me rassurent : je suis enceinte. Je ne me projette pas encore, mais au fond de moi tout ça prend tournure. Un peu trop confiante !

Un peu de route pour le boulot ce matin, et au retour, quelques saignements. Pas grand chose, mais... j'ai eu peur ! Une petite visite aux urgences, où j'ai été super bien prise en charge, et tout va bien. L'embryon est toujours là, il mesure 21mm, son cœur bat toujours, il bouge (c'est fou), il a forme humaine. Je n'ai pas vraiment profité de ce moment, le temps de redescendre de mon inquiétude, et le fait d'être toute seule à le voir ! Cette petite frayeur m'a ramené à la réalité : tout ça est encore fragile, et les 3 semaines qui nous séparent encore de l'écho officielle vont être lonnnnngues. Mais tout va bien, tout va bien, tout va bien.

Bon courage à vous toutes dans vos traitements et vos attentes...

mardi 8 avril 2014

1ère écho, 5 semaines (seulement...) !

Pour cette 1ère échographie, à 5 semaines de grossesse, nous avons fait le choix de la faire dans le centre qui a suivi les FIV, à 1h de chez nous. Histoire de boucler la boucle, de retourner dans ce lieu où tant de choses se sont passées ! Le hasard a voulu que ce soit la même gynéco qui m'avait fait les échos de contrôle pour cette 2ème FIV, c'est donc à elle que nous devons d'avoir été jusqu'au bout de cette tentative malgré ma faible réponse en terme de follicules... 

C'est avec de l'appréhension mais aussi beaucoup d'espoir que nous avons fait cette écho, toujours endo, faut pas rêver non plus, on n'est pas encore en 1ère classe. Et tout va bien. L'embryon mesure 11mm, il est bien placé comme il faut, nous avons entendu son coeur, ouah. Cherry on the cake : j'arrête la progestérone. J'ai vraiment l'impression d'avoir gagné au loto.

J'ai un décollement sans gravité. Prochaine écho dans 5 semaines ! La fameuse, celle du "je monte, je valide".

C'était plein d'émotions, même si on sait qu'il y a encore des risques que ça s'arrête, mais on savoure notre putain de chance. Je me pince toujours.


vendredi 21 mars 2014

Ces quelques jours... Un beau taux.

A peine 4 jours que je sais. J'ai l'impression que ça fait une éternité tellement le temps passe lentement. Je savoure, sur un nuage, des bouffées d'émotion, mais sans se projeter pour le moment.

Je n'ai AUCUN symptôme, je ne ressens rien d'inhabituel. Pas mal aux seins, pas de nausées, quelques tiraillements. Je fais donc un test pipi bandelette tous les matins, qui fonce petit à petit. J'avais acheté ces tests sur internet il y a au moins 2 ans, ils se périment ce mois-ci... Je m'aperçois qu'ils sont "précoces" (20ui) : mes fesses ! A peine positif à 14 dpo. Et même maintenant, la ligne est pâle. 

Ma 2ème prise de sang me donne un taux à 784 ui à J18 !

mardi 18 mars 2014

Bilan fiv2

Pour cette fiv2, les paramètres n'étaient pas au beau fixe. Prenez :

- Une motivation dans les chaussettes ;
- Une fille qui se plante dans son traitement (j'ai pris 2 fois moins de Provames que j'aurais dû...);
- Fatigue mentale et physique tout au long du traitement ;
- Une ponction douloureuse pour seulement 2 petits ovocytes ;
- Un embryon qui reste coincé dans le cathéter lors du transfert ;
- 15 jours d'attente sans y croire ni y penser, sans aucun signe de mon corps;
- Des tests pipi négatifs à 10 et 12 dpo ;
- Une prise de sang faite le midi par flemme de faire la queue le matin au labo ;

Et vous obtenez : une fille enceinte. C'est ouf.

Mon taux est de 71,9 à 14dpo. J'ai pissé sur 3 tests de grossesse qui ont tous viré positif. Putain.

J'ai appris ça par mail juste avant de rentrer en réunion. Réunion qui s'éternisait et que j'ai quittée avant la fin, je ne tenais plus, il fallait que j'appelle mon chéri, que j'aille au labo pour être sûre du résultat, ça me paraît tellement incroyable.

Depuis, le temps passe lentement, on sait que tout ça est fragile, et pourtant on est heureux, je peux être enceinte, ça peut marcher. Même si je suis en insuffisance ovarienne, que les statistiques ne sont pas de notre côté, que nous allons vers nos 3 ans d'essais sans aucune accroche malgré nos essais, les IAC, la FIV ICSI, ça peut marcher. Quel espoir.

Mon corps ne me dit toujours rien de rien. Prochaine prise de sang à 18dpo.

mercredi 5 mars 2014

Le survivant !

La biologiste a appelé ce matin pour nous annoncer que sur les 2 ovocytes ponctionnés, nous avons obtenu un bel embryon, en ICSI, of course.

Je suis super contente d'aller jusqu'au bout de cette tentative, de ne pas avoir fait tout ça pour rien ! 

Le transfert a eu lieu ce midi, le temps que mon chéri revienne du boulot et qu'on fasse la route jusqu'à la clinique. Un embryon de 2 jours, à 5 cellules, tout va bien. 
5 min après le transfert, le gynéco a toqué à la porte : oups, l'embryon était resté dans le cathéter !!! Heureusement que le labo les vérifie à chaque fois au microscope ! Du coup, on l'a refait :)

Une après-midi douce, ensoleillée, avec moins d'excitation et d'émotion que la dernière fois, mais pleine d'espoir quand même. Allez, 12 jours d'attente !

mardi 4 mars 2014

Après la FIV1 ? La FIV 2.

Je reviens donner quelques nouvelles, après des mois pendant lesquels je n'ai eu aucune envie de parler ou d'entendre parler de PMA. Pour résumer, l'échec de la Fiv a été douloureux, mais je n'ai pas réussi à extérioriser tout ça, il m'en reste un goût amer. 

Ensuite, l'échéance de la Fiv2 s'est rapprochée. La faire ou non ? Nous nous sommes posé la question sérieusement. Aucune envie, aucune motivation. Volonté de passer à autre chose ensuite, le don, l'adoption. Ne plus subir ces traitements et ces échecs. 

Donc 2ème tentative, même protocole que la 1ère fois : blocage au Provamès à partir de J20, écho à J4, Gonal f 150ui, écho à J6, Cétrotide en plus à partir de J6, écho à J9, déclenchement le même jour à l'ovitrelle.

Peu de follicules, une ponction sous anesthésie locale, bien plus pénible que la dernière fois. Un gynéco qui ne comprend pas que la fiv n'ait pas été annulée ... Résultat : 2 ovocytes ponctionnés. Contre 11 la dernière fois. 

Maintenant j'attends des nouvelles de la biologiste... J'essaye de me préparer à l'échec, pas d'embryon du tout. En même temps, j'espère tellement qu'un petit miracle ait lieu. Je me dis que si c'était foutu, elle m'aurait déjà appelée.