mercredi 27 novembre 2013

Niet

C'est donc niet, comment pourrait-il en être autrement ?
Pour l'instant, j'occulte, je mets ça de côté, je vois la porte dans la gueule arriver au ralenti. Envie de garder ça pour moi. Pas la force d'annoncer à tout le monde.
Je m'en doutais franchement, ces derniers jours, l'espoir m'avait en grande partie quittée.

mercredi 20 novembre 2013

L'attente, ça te tente ?

Moi pas.

En me réveillant ce matin, je me suis dis que je préférais quand même être aujourd'hui, plutôt qu'il y a une semaine, le matin de la ponction, stressée et rendue malade par les antibios.

Nous sommes à mi-parcours, encore une semaine avant le résultat. Pour l'instant ça va, j'oscille entre l'espoir, "on m'a quand même mi 2 embryons dans le ventre, tout est possible", et la résignation, "je ne sens rien, je suis sûre que ça n'a pas marché". J'ai des coups de fatigue, le ventre très gonflé, mal aux seins, bref, le résultat habituel de ces cocktails d'hormones.

Je pense parfois à ces possibles, chose qui ne m'était plus arrivé depuis longtemps. Je m'interdisais de penser à nos trop éventuels futurs enfants, la pma flottait dans l'air, sans image. On est en train d'acheter une maison, avec 3 chambres, par une seule fois je n'ai imaginé une chambre d'enfant, ou une table à langer dans la salle de bain. Appelez moi l'Autruche en gris (merci à celles qui ont compris cette blaguounette). Trop douloureux de revenir à cette réalité sans enfants. 

Mais depuis le transfert, je pense à une issue positive, à cet enfant, à ces jumeaux, à notre famille. Parce que le retour à la réalité est plus hypothétique. Cette fois, j'ai le droit d'espérer. Au moins quelques jours.

Par contre, quand j'imagine l'échec, ça me tétanise. Comment surmonter ça... Certainement avec le temps, comme tout le monde. L'enjeu du résultat de la prise de sang me paraît tellement angoissant, je ne sais pas si je vais essayer de désamorcer tout ça avec un test pipi avant. Est-ce la bonne stratégie ? Je verrai sur le moment.

Je dois faire une pds 14 jours après transfert, question bête : le jour du transfert compte-t-il ?

samedi 16 novembre 2013

Immense espoir

Pfiou. Que d'émotions ces derniers jours !

La biologiste nous a appelé ce matin de bonne heure pour nous annoncer que nos 2 embryons qui ne lui donnaient pas beaucoup d'espoir s'étaient finalement bien développés. Mon cœur a fait un bond. (il débordait même, je pleurais, je tremblais). J'ai été réveiller mon chéri, on a pris la route pour un transfert dans la foulée. 

On a donc 3 jours après la ponction un très bel embryon à 8 cellules, et un moyen à 5 cellules. Ô joie la biologiste nous a proposé de nous transférer les 2, puisque l'autre ne pouvait pas être vitrifié.

C'est inespéré, même si rien n'est gagné nous sommes heureux d'être toujours dans la course, l'espoir renaît. C'était une magnifique journée d'automne ensoleillée.

Je suis sur un petit nuage, mais maintenant il faut essayer de ne pas devenir fous pendant les 15 prochains jours.

vendredi 15 novembre 2013

Je me disais bien que ça allait trop bien

La biologiste nous a appelé ce matin pour nous dire que sur les 11 ovocytes ponctionnés, seulement 4 étaient mûrs. 

Sur les quatre, deux ont été mis en fiv classique : échec total de fécondation. 

Les deux restants ont été fécondés en ICSI, pour donner 2 embryons qui se développent lentement (2 et 3 cellules). Elle nous rappelle demain.

Je suis très déçue. Mon chéri est abattu. La biologiste nous a dit que la prochaine, ce serait 100% ICSI, c'est dire l'espoir qu'il nous reste pour celle-ci. 

Si seulement...

mercredi 13 novembre 2013

La ponction, c'est fait

Le contrôle à J9 a montré que mes follicules n'avaient pas assez poussé, donc j'ai recontrôlé à J11, et même si leur taille était un peu juste, mon taux d’œstradiol était trop élevé donc j'ai déclenché le soir même à l'ovitrelle. J'en avais un peu marre des piqûres, surtout le cétrotide, qui à force me faisait de petits bleus. Rien de méchant.

J'étais bien stressée comme il fallait pour la ponction, je suis arrivée à la clinique à 8h, et mon chéri est parti faire son recueil à 8h30. Je suis partie au bloc à 10h00 et je suis revenue environ 1h plus tard. 
La ponction a donc eu lieu sous prémédication qui fait planer (3 atarax + 1 antidouleurs) et anesthésie locale, et franchement, la douleur était tout à fait supportable pour moi. Les piqûres d’anesthésie font un peu mal, mais ensuite j'ai à peine senti ce qu'il faisait, et je pouvais suivre à l'écran. J'ai eu un petit moment difficile quand l'infirmier a dû appuyer un peu sur mon ventre pour aider le gynéco, ça m'a donné la nausée, mais avec un peu d'oxygène c'est vite passé. A priori c'est les antibios qu'ils nous demandent d'avaler le matin qui rendent malades, on m'a conseillé de les prendre en plusieurs fois si j'ai une prochaine ponction. Les gens étaient très gentils, vraiment. J'ai pu sortir vers 14h00.

On a donc 11 ovocytes, ce qui est un très bon score. Avec mon insuffisance ovarienne, je n'en reviens pas ! On doit maintenant attendre que le labo nous appelle vendredi matin pour savoir s'il y a des embryons...

Je suis soulagée que ce soit passé, la ponction en elle même était plus stressante que douloureuse. Bien moins douloureuse que pour l'hystéro par exemple. Par contre j'ai eu mal après, et maintenant également, mais avec les antidouleurs c'est supportable. 

Au programme maintenant : canapé pendant 5 jours ! J'espère que ce repos sera entrecoupé d'un transfert.

vendredi 8 novembre 2013

En plein dans la fiv

La fiv, c'est maintenant.

J'ai fait une 1ère écho à J4 sous provames, et j'ai commencé le Gonal f 150ui à J8 qui du coup est devenu le J1 de la stimulation. Tout le monde suit :) ?

2èmé écho cette semaine, à J6 de la stim, 5 follicules de chaque côté, endomètre à 6mm, "c'est correct". Mais bof quoi. J'ai donc continué mon Gonal f 150ui, en ajoutant le Cétrotide. Prochain contrôle à J9.

Pour l'instant ça va, je connais le Gonal et compagnie, je m'attendais donc aux maux de tête et autres nausées, aux réveils matinaux et aux échos endovaginales. Mon chéri est devenu maître en l'art de me piquer. Nos proches sont aux petits soins. On avance. L'espoir n'est toujours pas très présent, pourtant j'ai envie d'y croire, j'aurai besoin d'y croire le jour de la ponction. Pour l'instant, c'est du vent, des contraintes.

J'en ai parlé à mon chef, qui a été très compréhensif, du genre très très compréhensif. Un poids de moins, pas d'excuses bidon à trouver !

mercredi 23 octobre 2013

Retour à la réalité

Salut ! Je reviens de mon désert pmesque, une longue période où mon chéri et moi avons complétement mis de côté l'infertilité. J'ai dit "mis de côté" pour ne pas dire occulter, ou faire l'autruche, of course. 

Et pourtant, c'est passé vite, très vite, et on y est déjà, à cette fiv. J'ai commencé le provames à J20, j'attends mes règles, et je me pose beaucoup de questions. 

Sur le provamès déjà, je n'ai toujours pas compris à quoi ça servait. J'ai fait des recherches, sans réel succès. C'est un médicament pour la ménopause, c'est sensé reposer les ovaires (enfin c'est ce que j'avais compris), mais certaines en prennent à d'autres périodes du cycle. Bref, information zéro. Conclusion : ne pas de poser de question et avaler ces pilules. 

Ensuite, le calendrier des prochains jours n'est pas du tout concret pour moi. Je ne sais pas si je commencerai la stimulation après mes règles, ou si il y a un délai. Combien de temps dure la stimulation en général, bref, je m'interroge. Conclusion : arrêter de vouloir faire un planning.

Je ne vous ai pas raconté mes nouvelles aventures à la pharmacie du coin, je vous épargne pour cette fois. Incompétence et perte de temps, encore. Sur mon ordonnance, il y a évidemment de l'ovitrelle, et en dessous : décapteptyl (2 ampoules en 1 prise en même temps que l'ovitrelle selon consigne du centre). Je n'ai pas réussi à trouver à quoi servait le décapeptyl ici (décidément...), et en plus la pharmacie m'a donné un pack de 7 ampoules sans seringue ni aiguille incluses. Je n'ai aucune idée de la probabilité d'avoir à m'injecter le décapeptyl : en avez vous déjà eu ? Conclusion : espérer de pas avoir de consigne décapeptyl.

A part ces préoccupations très concrètes, je flippe grave sur la ponction, comme tout le monde je pense. Alors on trouve de tout sur les témoignages en AL : des filles qui sont prêtes à saisir le tribunal de la Haye pour torture, et d'autres qui n'ont rien senti. Conclusion : attendre la ponction pour se faire sa propre opinion (et faire confiance à mon centre qui fait 80% de ses ponctions en AL et qui n'a pas la réputation de guantanamo). 
Et surtout, j'appréhende beaucoup l'échec de la fiv, et je me sens même complètement incapable de l'encaisser. Conclusion : pas de conclusion.



lundi 9 septembre 2013

Consultation pré FIV

Notre consultation avec notre gynéco, donc.

Il était de garde, il a donc eu 2h30 de retard. Consultation coupée par un accouchement. Zénitude.
Mais ça s'est bien passé, pas grand chose de neuf, mais quelques enseignements :

- Pas d'échos à 5 min de chez nous, mais au centre PMA à 1h. Il nous l'interdit pas, je vous passe les arguments (qui sont cohérents), mais à notre place, comme on n'aura pas beaucoup de tentatives de FIV, il ferait le déplacement pour les échos.
1er enseignement = pas beaucoup de tentatives de FIV tu auras (ce n'est pas vraiment un scoop, il l'avait déjà dit, mais moins directement).

- La DHEA, c'est tout pourri, ça sert à rien, c'est bon pour les Américains qui veulent se faire plein de sous, faut pas croire tout ce qu'on trouve sur internet.
2ème enseignement = la DHEA tu ne prendras pas

- Des cycles plus courts, des règles pipis de chat (mais qui font mal quand même) ? C'est l'insuffisance ovarienne qui progresse, ma bonne dame.
3ème enseignement =  la ménopause qui te guette, tu n'y penseras pas

Plus sérieusement - ce qui précède est malheureusement sérieux en fait...- il nous a fait les ordonnances, et expliqué le protocole. On a tout compris, il n'y a plus qu'à attendre le cycle d'octobre, pour une ponction en novembre. 

Sinon, contrairement à toutes les précédentes consultations, il n'a pratiquement pas adressé la parole à mon chéri, qui était très déstabilisé du coup. La fatigue, sûrement...

lundi 26 août 2013

Après l'été, un petit bilan

Je vous avais laissé-e-s fin juin après une consultation chez notre gynéco PMA.

Suite à ça, pas mal d'étapes de faites :

- Une réunion d'information sur la FIV début juillet. Une salle bondée. 2h30 de réunion avec pas mal d'informations, avec un gynéco du centre et la biologiste. Ils ont expliqué les différentes étapes, les protocoles, les risques, etc. Une particularité de mon centre : 80% des ponctions se font sous anesthésie locale. 

- Une consultation en génétique au CHU : depuis j'ai reçu les résultats, qui sont normaux, donc je ne vais pas détailler le RDV ! En gros, ils ont fait un caryotype et une recherche du syndrome de l'X faible.

- Un RDV avec la biologiste, mi juillet, qui a duré quelques minutes. Elle nous a donc expliqué que dans notre cas, ce serait 50% FIV classique et 50% FIV ICSI. Nous avons été très surpris de ce dernier point, notre infertilité n'étant pas du tout masculine ! Mais selon elle, ça évite les échecs complets de fécondation qui se produisent parfois dans mon cas. Surtout que d'après elle, il y a peut être d'autres facteurs qu'on ne maîtrise pas, l'insuffisance ovarienne n'étant pas forcément la seule responsable après 2 ans d'essais, une ovulation à chaque fois, 3 IAC.

Bon, donc une FIV en novembre, là dessus rien n'a changé. Un autre RDV avec notre gynéco la semaine prochaine pour les ordonnances. Des cycles de plus en plus courts.

 Mais ces vacances m'ont fait décrocher de la PMA malgré les différents rdv, l'anniversaire des 2 ans d'essais, et je n'y suis pas encore revenue, l'échéance de novembre étant assez lointaine ! L'espoir d'un miracle en cycle naturel se dissipe bel et bien, ce qui a l'avantage de rendre le retour des règles moins traumatisant.

Comme je n'avais aucun rdv PMA en août et que montrer mon intimité à une blouse blanche me manquait vraiment, j'ai pris la sage résolution d'aller voir mon gynéco de ville pour mon frottis (pas vraiment annuel). Avant, ce genre de visite me stressait un peu, évidemment. Avec la PMA, c'est devenu du pipi de chat ! La bonne nouvelle c'est que quand je lui ai raconté notre parcours, les échos de contrôle à la grande ville et toutes ces contraintes, il a été très surpris qu'on nous "oblige" à faire ces trajets. Lui fait des échos de contrôle de l'ovulation régulièrement, et peut le faire pour nous si notre gynéco est d'accord... On lui posera donc la question, en croisant les doigts, ça faciliterait tellement l'emploi du temps !

mercredi 26 juin 2013

Direction la liste d'attente

Quelques mots sur mon rdv d'hier avec notre gynéco.
Il n'a pas duré très longtemps, nous n'avons pas posé toutes nos questions, mais bon...

Il nous propose une fiv. Réunion d'information, rdv avec le biologiste, et après tout ça, 5 mois de délai pour la 1ère tentative... J'ai envie de pleurer en écrivant ça. 
Il avait pris soin de nous dire juste avant qu'il fallait arrêter les IAC, parce qu'on ne devait pas perdre de temps puisque qu'au vu de mon insuffisance ovarienne, on avait une épée de Damoclès au dessus de nous. Mais à part ça tout va bien.

Sur l'insuffisance ovarienne, on n'a pas appris grand chose non plus... A part que mon AMH est vraiment pourrie, et que mon comptage folliculaire à J3, que je considérais comme pas trop merdique, ne lui paraît pas folichon du tout... Bref, ma seule qualité, mon âge. 
Pour lui, insuffisance ovarienne précoce ne signifie pas forcément ménopause précoce. En gros je peux ne plus avoir de follicules en stock d'ici peu de temps, mais mon corps peut continuer à produire des hormones pendant des années. On ne peut pas le prédire.

Il m'a posé beaucoup de questions sur les femmes de ma famille... Où il n'y a aucun antécédents de ce point de vue là. Même pas une cousine éloignée qui aurait eu recours à la pma. Rien de rien. En débriefant avec ma mère, ça m'aura permis d'apprendre qu'elle n'est toujours pas ménopausée, alors qu'elle en a dépassé l'âge moyen depuis quelques années déjà... Quelle ironie. 

Il nous dirige vers une consultation en génétique, dans un autre hôpital, pour rechercher d'éventuelles causes génétiques à mon IO. J'ai évoqué l'hémochromatose, mais pour lui il n'y a aucun rapport. Si l'une d'entre vous a déjà consulté un généticien, je suis preneuse de vos témoignages...

Sur le site internet de notre centre pma, il y a un calculateur de chances de réussite en fiv selon différents critères. On est à 16%. Deux fois moins que les autres (les autres = pas en IO). Mais il suffit d'être du bon côté de la barrière, au moins une fois, une seule petite fois. Et puis l'Express nous apprend aujourd'hui que notre centre est dans les premiers du classement, une bonne nouvelle...

Tout ça paraît tellement loin, pas de tentative avant la fin de l'année. Une éternité, encore.

samedi 22 juin 2013

Jamais 2 sans 3

Je sors de ma léthargie pour donner quelques nouvelles : 
Pour cette IAC3, game over, même joueur ne joue plus.

Je n'y croyais tellement pas, et je n'y pensais pas non plus. A vrai dire je n'ai même pas été faire ma prise de sang. J'ai eu mes règles le lendemain, et je n'ai même pas eu un pincement au coeur. Je trace ma route.Je suis soulagée de faire une pause. Ces 4 stimulations et leurs lots de réveils matinaux, stress, effets secondaires m'ont fatiguée physiquement et mentalement. Je suis contente de ne plus avoir à m'injecter d'hormones, pour un temps au moins.

Je cogite sur le rdv du 25/06, j'ai un million de questions à poser à notre gynéco. Je suis impatiente ! J-3.

vendredi 7 juin 2013

Insuffisance ovarienne : mes questions

Je commence à penser à mon rdv du 25/06. J'ai fait quelques recherches sur l'insuffisance ovarienne, en essayant de ne lire que les sources les plus fiables... 
Pour faire le point sur mes questionnements :

Sur les symptômes de l'IO : une AMH faible (0.9), un oestradiol élevé à J2. Un comptage des follicules moyen (10). Et depuis que j'ai arrêté la pilule il y a 5 ans, des cycles courts (26 jours voire moins), des ovulations précoces, une avance de maturation des follicules. A priori, la phase folliculaire commence pendant la phase lutéale précédentes, ce qui explique tout ça :

"En cas d’IO, la FSH est sécrétée prématurément et entraîne un début de croissance folliculaire en fin de phase lutéale. Ceci explique les observations des examens complémentaires qui retrouve souvent au début du cycle un follicule de grande taille (>10mm) et un taux d’estradiol élevée (>60 pg/ml)." Source http://www.lesjta.com/article.php?ar_id=1378

C'est exactement l'intuition que j'avais sous stimulation et pour les IAC quand j'avais l'impression que mon cycle commençait avant mes règles en quelque sorte. 

Sur les causes de l'IO : à peu près toutes les sources estiment à 90% les raisons inexpliquées. Dans les 10% restants, on trouve des maladies rares et des causes génétiques. On trouve aussi une maladie génétique qui s'appelle l'hémochromatose, que j'ai de fortes probabilités d'avoir (maladie familiale + examens sanguins mais je n'ai pas fait de recherche chromosomique). J'ai peu de sources sur ce sujet, mais je poserais à la question à notre gynéco.

Sur les conséquences de l'IO : l'infertilité (sans déc?), mais aussi pas mal de risques liés à une ménopause précoce : ostéoporose, insuffisance surrénale, maladies cardiovasculaires... Je suis déjà sous traitement pour hypertension artérielle depuis des années, ça ne ferait qu'ajouter du risque au risque. Donc question à poser. Autre questionnement, est-ce qu'insuffisance ovarienne signifie obligatoirement ménopause précoce ? 

Sur les chances de tomber enceinte : je vous passe les statistiques déprimantes qui me passent au dessus depuis un moment. Mais ce que j'ai pu lire conforte mon sentiment : les FIV n'offrent que rarement de miracles puisque les stimulations ovariennes n'améliorent pas (au contraire) la qualité ovocytaire. Mais ça dépend de l'âge de la femme. C'est mon seul atout, mes 28 ans. C'est évidemment sur ce point que j'attends avec le plus d'impatience l'avis de notre gynéco... 

Cet article n'est certainement pas très passionnant, désolée, mais ça me permet de faire le point. 

A part ça, IAC3, dpo6, j'ai eu la crève, j'ai eu des nausées, j'ai eu mal aux seins, mais je n'y pense pas encore. PDS le 18 juin (en espérant que ce ne sera pas la pelle du 18 juin dans la gueule). J'en ai ras le bol des hormones (sauf le bhcg, ça m'irait....).

Bises à toutes !

 

mercredi 5 juin 2013

IAC 3

Je ne donne plus vraiment de nouvelles, parce que la PMA, j'en ai marre. J'ai hâte de faire une pause pour le corps et l'esprit. Je sais aussi qu'une fois en pause j'aurais certainement hâte de me remettre en selle, mais je ne suis pas à une contradiction près.

Donc l'IAC 3, c'est fait. Du Gonal f 62.5ui à partir de J2. J'ai reçu l'ordonnance et le protocole à J1, et j'étais surprise de voir que la 1ère écho était prévue à J9 alors que pour l'IAC 2 j'avais déjà commencé à ovuler à J8. Du coup le centre PMA a décalé à J8. 

Écho de contrôle à J8, donc. Pas beaucoup de monde au cabinet, mais beaucoup au labo... Conclusion : à droite 1 follicule à 23, 1 à 14 et 1 à 11. Un oestradiol à 902 (chiffre que je ne sais pas du tout interpréter). Et une ovulation débutée. Déclenchement le même jour. IAC n°3 samedi dernier. Rien de spécial à raconter, la routine. Le retour du Progestan. Un esprit ailleurs.

Je suis au niveau zéro de l'espoir, puisque qu'encore une fois, ovuler à J8 n'est que la confirmation d'une insuffisance ovarienne. 

J'attends avec impatience notre rdv fin juin. Pour avoir des réponses.

mercredi 22 mai 2013

Encore raté.

Merci beaucoup les filles pour tous vos croisages et vos pensées. Malheureusement ça n'a pas suffi, et c'est encore négatif. 

Je m'y attendais franchement. Il y a quelques jours, j'ai eu la conviction que c'était mort, sans véritable raison, et je n'y ai plus pensé. J'ai juste pas le courage là maintenant de repartir pour un 3ème tour, mais je sais que la motivation reviendra, je me sens juste découragée. Fatiguée de tout ça, la pma. D'ailleurs, ces 17 jours de dpo sont passés vite, je n'y ai pas beaucoup pensé, je n'en ai pas beaucoup parlé, j'ai déserté les blogs. 

Je ne suis pas persévérante de nature, et je suis pessimiste, quand quelque chose de marche pas, je n'insiste pas trop et je passe à autre chose. Là je me sens comme ça, persuadée au fond de moi qu'il n'y a pas de chance pour que ça fonctionne. Ni naturellement, ni par les IAC ni par les FIV. Que je suis ce chemin de PMA parce que c'est ce que je dois faire, pour ne pas regretter, pour justifier mon désir d'enfant. Mais là, j'ai hâte que ce soit derrière moi et de me projeter dans une autre parentalité. Dans laquelle mon esprit 
vagabonde déjà. Mais je ne me sens pas légitime pour ça, pas encore, et mon chéri ne le souhaite pas pour le moment. 

Je me sens résignée aujourd'hui, en retrait, comme ces 15 derniers jours, les autres y croient. Bien sûr que ça peut marcher, que cette 3ème IAC peut être la bonne. Nous ne sommes qu'au début du parcours paraît il. Je sais tout ça. Quand j'aurais reçu le protocole, commencé les piqûres, ça reviendra.

lundi 6 mai 2013

L'attente, encore, et déjà !

Pas grand monde au centre pma ce lundi matin (beaucoup moins que la dernière fois !). IAC 2, c'est fait ! A 11h25, 10 millions de spermatozoïdes partaient à la conquête de notre super follicule de 22mm.

Plus qu'à attendre, et reprendre, déjà, le progestan... Une IAC à J10 ça laisse peu de répit...

Les chiffres sont beaucoup plus en notre faveur que la 1ère IAC (un follicule à 16mm et seulement 1,2 millions inséminés la dernière fois), mais il y a un mais : aucune douleur au ventre aujourd'hui contrairement à d'habitude, et une température haute ce matin. Je pense que l'ovulation avait déjà eu lieu... Mais on ne sait jamais ! 

Et rien que pour vous, ma petite culotte de l'IAC number two :


dimanche 5 mai 2013

IAC number two : 1er contrôle

1er contrôle samedi matin, à J8 (ça devait être à J9 mais ça tombait dimanche).
J'avais 2 craintes :

Number one : avoir déjà ovulé (oui à J8, mais mon corps m'envoyait des signaux)
Number two : avoir trop de follicules puisque j'ai commencé le gonal à J2 

Au cabinet d'écho, il n'y avait presque personne, genre 10 min d'attente seulement, une gynéco détendue. Elle commence à droite : rien, même pas un petit follicule un peu timide. Je flippe. Parce que c'est souvent à droite que ça se passe chez moi.
A gauche : un énorme, magnifique et unique follicule de 22mm ! On sait que c'est la loose un seul follicule alors que la stimulation a commencé tôt, mais on n'a jamais eu un aussi gros (maximum 16 jusqu'ici). 
Mais bon... la gynéco me dit qu'elle craint que l'ovulation ait déjà commencé, si c'est le cas, IAC annulée puisque le lendemain c'est dimanche. Bref, il faut attendre le résultat de la pds et leur décision.

Nous restons dans la grande ville pour faire des emplettes, j'appelle à 12h30 pour connaître la suite, et je vois qu'ils ont essayé de me joindre 1 heure avant. Oups.
Les consignes : on bloque là tout de suite maintenant avec du cétrotide, et déclenchement le soir à l'ovitrelle. IAC lundi matin.

Ahah, samedi à 12h30 : opération trouver une pharmacie ayant du cétrotide en stock. Après 2 échecs dans celles du centre ville, on décide d'appeler une pharmacie proche de notre clinique, bingo ! On a perdu 1 heure, mais c'est fait (note pour les futures utilisatrices de cétrotide : l'aiguille est énorme).

Bref : heureusement que J9 tombait dimanche, sinon le contrôle aurait eu lieu trop tard... Et heureusement qu'on est restés dans la grande ville, parce que chez nous, le cétrotide, on n'en aurait sûrement pas trouvé.

Après ces péripéties que seule la pma peut t'offrir, go home, déclenchement, attendre lundi.

Je suis contente de me dire que je connais quand même mon corps même si j'en doute souvent : oui j'avais l'impression que l'ovulation était proche alors que c'était tôt. Je suis contente de me dire que mon ovaire gauche peut produire un beau follicule (un peu aidé par le gonal évidemment). Mais bon, 1 seul...

Je suis beaucoup plus détendue pour cette IAC, mais de contraintes d'emploi du temps avec le boulot, je me sens plus sereine, j'y crois un peu plus aussi.

lundi 29 avril 2013

C'est déjà reparti pour un tour

Après le résultat de la pds vendredi, j'ai appelé la secrétaire puisque je n'avais toujours pas d'ordonnance pour le prochain cycle... Et elle m'a répondu que le docteur n'avait pas voulu la faire et qu'elle ne savait pas pourquoi... Qu'il était de garde dimanche et qu'il fallait le rappeler.
Autant vous dire que j'en menais pas large. Que je voulais tellement faire la 2ème IAC... 

J1 s'est donc pointé samedi, de façon extrêmement douloureuse, sinon c'est pas rigolo. Notre gynéco nous a appelé pour discuter de mon comptage des follicules, qu'il voulait y réfléchir et que du coup le résultat de tout ça c'est : go pour l'IAC n°2. Youpi ! Il nous propose de venir chercher les ordonnances à la clinique ce weekend. Mise en situation du coup de fil : moi en pyjama en train de changer la caisse des chats, mon chéri dans les escaliers qui se préparait à prendre sa douche.

Donc samedi fin d'après midi nous partons en weekend familial et nous arrêtons sur la route dans la grande ville pour récupérer notre ordonnance. Mission accomplie, nous repartons. Je zieute vite fait le protocole : oups, fais demi tour chéri, on commence le gonal à J2, c'est à dire dimanche. Il faut trouver une pharmacie, et un sac isotherme pour la route car oui, enfin, j'ai eu le stylo gonal !!!!

Voilà, c'est parti pour la 2ème IAC. 1er contrôle à J8 samedi matin. Le moral est remonté.

Et puis finalement ce weekend familial nous a fait du bien je crois... Ma mère et ma sœur ont été très compréhensives, et on se sent vraiment soutenus, c'est chouette.

vendredi 26 avril 2013

Le jour J, pas de miracle

Je ne regrette pas d'avoir fait ce test en catimini. Depuis, le temps a défilé normalement.

Ce matin, 8h00, arrivée au labo. Plein de monde. Plein de petits vieux. Et merde, quelqu'un que je connais du boulot. Bonjour gêné des 2 côtés, j'espère que la secrétaire ne sera pas du genre à gueuler "Date de vos dernières règles ? Combien de jours de retard ?" Arf. Mais non, pas du tout, elle était très discrète, un peu perdue avec l'ordonnance de la clinique et mon 100%...

L'infirmier par contre, pas très discret, et surtout affreusement pas au courant des techniques de pma, flippant. Genre IAC, il ne sait pas ce que c'est (je ne parle pas des initiales là...), "mais c'est pareil qu'une FIV ? C'est un problème de spermatozoïdes ?" Mais non, mais en fait j'ai pas du tout envie de te donner un cours de pma là maintenant alors qu'il n'y a qu'une mince porte entre nous et les dizaines de personnes dans la salle d'attente. Bref, 1/2 heure de retard au boulot.

Avant midi j'ai un mail du labo. C'est négatif. Je textote mon chéri.

Et là maintenant, le temps d'ici à ce soir me paraît une éternité. Pas envie de bosser, pas envie de ce temps gris, pas envie de ce weekend en famille, pas envie de reprendre les calculs et les angoisses d'emploi du temps de la pma, pas envie de parler. Envie d'une clope, oh oui. Mais bon j'ai arrêté, pour avoir un bébé. Putain. Vivement J1, qu'on reparte pour un tour de manège, qu'on attrape ce foutu pompon.

jeudi 25 avril 2013

Se résigner à l'échec

Hier, ma capacité à y croire a totalement disparue. Aucun signe de mon corps, une intuition plutôt négative. Alors pour ne pas que ces 2 derniers jours d'attente ne soient un supplice, hier soir, en catimini, j'ai fait un test pipi, à 20ui, avant de me coucher. Devinez quoi ? Négatif. Je me suis mise au lit comme si ne rien n'était, au moins je sais à quoi m'en tenir. 

J'attends mes règles, qui devraient arriver vendredi ou samedi. Et puis je n'ai toujours pas reçu de nouvelle ordonnance pour le prochain cycle...

Ce qui me stresse à présent, c'est qu'après mon cycle de stimulation la dernière fois, le cycle suivant était complètement chamboulé, et j'avais ovulé très tôt (à J9 je pense). Alors je me dis qu'avec un 1er  contrôle écho à J10, ça ne va pas le faire... Peut être que ce sera différent cette fois ci...

J'irai faire ma prise de sang demain si mes règles ne sont pas arrivées, l'espoir sera faible.

lundi 22 avril 2013

L'attente (acule)

J24, DPO 12 et PDS - 5 : ceci est une équation à une inconnue.
 
De retour d'une semaine de congés, je ne sais pas comment décrire mon état d'esprit. J'aurais des choses à raconter : des bouquins sur la pma, le reportage de france4, l'annonce à ma belle mère, l'attente, mais non.
 
Les jours jusqu'ici sont passés assez vite, contrairement à d'autres, la progesterone ne me file pas trop d'effets secondaires (en tous cas pas beaucoup plus qu'un syndrôme prémenstruel), à part le pourrissage de culottes et de libido bien entendu. J'ai juste le ventre gonflé genre je suis enceinte de 5 mois. Et des maux de tête. Pas de psychottage pour l'instant. Je dis bien : pour l'instant. Je n'y crois pas vraiment, mais j'espère quand même, comme souvent...
 
Dernière capsule de Progestan ce matin, donc une pds vendredi si mes règles n'arrivent pas avant. Et puis comme des proches sont au courant des échéances, il faudra aussi annoncer la mauvaise nouvelle, pffff, puisque nous sommes samedi chez mes parents. Pour essayer de préparer un peu tout le monde à l'échec j'essaye de dire bien fort que je ne le sens pas, parce que j'ai l'impression que les gens y croient à fond, genre une IAC c'est sûr ça marche. Et ma mère de me dire que pour moi elle n'avait pas de symptôme, 4 tests négatifs, et pourtant j'avais bien fait mon nid.
 
Bref, je sais que tout ça c'est du soutien, et d'ailleurs ça me fait plaisir. C'est juste bizarre d'avoir d'autres personnes concernées par l'arrivée de mon J1. D'habitude c'est moi et ma culotte en tête à tête, puis mon chéri. Et point, on est tristes et on repart. Mais cette fois il y aura mes parents, la belle mère, le laboratoire d'analyses, le gynéco, le centre pma, euh et puis nous aussi.
 
Je me pose la question de la pds : au bout de combien de temps j'aurais le résultat ? Comment fonctionne le laboratoire du coin ? Est ce que je serais au boulot ? Pfff.
 
Conclusion : wait and see :)

mercredi 10 avril 2013

Les coureurs ont pris le départ

L'IAC : c'est fait ! 
Arrivés à 8h00, la salle d'attente était pleine, c'était très bizarre tous ces gens qui étaient là pour la même chose que nous. J'ai reconnu beaucoup de personnes qui étaient là à l'écho lundi matin, en toute logique, et même mademoiselle je te double en courant qui m'était passée devant pour l'écho :)

Monsieur à fait son recueil puis nous avons tué le temps dans la galerie marchande voisine pour revenir à 11h00 au labo. Toujours autant de monde. Vers midi un gynéco est venu faire l'IAC, mon chéri m'a accompagnée, ça a été très rapide. Puis repos de 10 min avant de reprendre la route et de retourner au boulot ! 5 millions ont été inséminés, je ne sais pas du tout si c'est beaucoup ou pas.

En nous donnant encore des papiers, dont l'ordonnance pour la pds, on nous a dit que notre centre prévoyait une pds à 17dpo (mais c'est looooong !).

C'est fait, je suis contente que tout se soit passé comme prévu, mais pour être honnête, je ne suis pas très optimiste. Mais je sais qu'en 17 longs jours d'attente j'aurais le temps d'y recroire, puis de ne plus y croire et rebelote jusqu'à la fin. C'était une journée un peu spéciale pour nous évidemment, et j'aurais aimé qu'on puisse rester tranquilles l'après midi. Cette fois ci ce n'était pas possible professionnellement mais la prochaine on essayera.

Ahhhhhh 17 jours au secours c'est trop long. En plus au départ en m'expliquant ça l'infirmière me parle de 12 jours de progestan bla bla bla et "5 jours après, la prise de sang". Moi bêtement je n'ai entendu que 5 jours, ça ne collait pas vraiment mais en même temps ça me plaisait bien moi, une pds dans 5 jours :D Alors j'ai dit "5 jours seulement ??", elle "oui ça fait 17 jours à partir d'aujourd'hui". Ahh...Soit le 26 avril.

Que dire de plus ? Qu'en attendant le gynéco (qui était pas mal entre nous)(mais vieux)(mais pas mal) on a filé la métaphore du tour de France, le peloton, le col, le winner, tout ça. Et que j'étais bien contente que mon chéri soit là. Que j'ai mis toutes les chances de notre côté en portant du vert couleur de l'espoir et en mettant une petite culotte à coccinelles. Et que de lire vos blogs m'a bien servie, tout ça m'était moins inconnu puisque j'avais lu vos expériences, alors merci :)

lundi 8 avril 2013

Le déclenchement, c'est maintenant

Après 5 jours de Gonal f 75 administré par mon chéri adoré (même si je faisais les mélanges parce que la pharmacie s'est plantée et que je n'ai toujours pas eu le droit au super stylo gonal objet de tous mes fantasmes), c'est parti !!!

Ce matin à J10, après une heure de route, arrivée à 8h00 pétantes au centre, 12 filles devant moi pour l'écho. 1 seul gynéco. Oups. On tient le scénario d'une bonne télé réalité, ou d'un lundi matin pourri, c'est selon. Donc sortie à 10h00 et des brouettes, arrivée à 11h00 au boulot au lieu de 8h00, tout va bien. Petit conseil de pro pour perdre toute crédibilité au bureau après ce petit retard matinal : enfoncez bien le clou en restant une heure enfermée dans son bureau pour essayer d'avoir ce ****** d'infirmier qui donne les consignes l'après-midi : check. Enfin, annoncez que vous ne serez pas là mercredi non plus. Voilà, c'est prêt, vous pouvez déguster les petits regards interrogateurs ou en coin. 

Donc bilan de cette journée super productive au boulot : j'ai un follicule de 16mm, donc je déclenche ce soir à 21h00, insémination mercredi matin. C'est cool, je suis rassurée qu'il n'y ait pas de mauvaise surprise jusqu'ici. En plus j'ai évité l'IAC jeudi matin où chacun de nous avait des réunions pros super importantes, donc au moins on est soulagés. Par contre c'est pas beaucoup 16mm, si ?

Pour l'anecdote ce matin. Je me gare, je me dirige vers le centre écho et j'entends quelqu'un commencer à courir et à me doubler. Dans ma tête je me dis que c'est peut être une pmette qui veut arriver avant moi pour prendre son tour à l'écho, pour rigoler, parce que c'est pas le monde des bisounours mais on n'est pas non plus dans une série américaine. Puis j'ai toujours beaucoup d'imagination.

Consternée, je l'ai retrouvée juste devant moi à l'écho !!! Ahaha elle a gagné 10 minutes, mais perdu pas mal de (dignité ? calories ?) à mon avis. (surtout vu le style de course...). Enfin, ça me fait encore sourire d'y repenser, merci à elle :)

mardi 2 avril 2013

IAC or not IAC ? + Edit : IAC lalalalala

Notre gynéco était absent cette semaine, il n'avait pas reçu le double de l'écho à J3 (par contre il avait bien la résultat de l'AMH et compagnie)... Bref, nous n'avons toujours pas beaucoup d'informations sur la suite.

En attendant, J1 s'est pointé samedi pendant notre super weekend en amoureux que j'avais organisé pour l'anniversaire de mon chéri. Un cycle de 22 jours, youpi. Du coup j'ai appelé ce matin pour prendre tous les rdv pour l'IAC, j'ai aussi appelé le secrétariat du gynéco, mais il n'a pas encore eu le temps de jeter un coup d’œil à nos résultats. Je suis censée commencer les piqûres demain... Donc je fais comme si, ce soir je passe commande à la pharmacie... Alors qu'on ne sait pas si on fera l'IAC ou pas.
Ya pas intérêt qu'on stoppe maintenant. Non non non.

Mon chéri a dû faire les sérologies et à nouveau spermogramme et spermoculture pour le dossier... Je ne stresse pas trop, le spermo était bon la dernière fois, mais en ce moment je me méfie de toute mauvaise nouvelle potentielle. J'ai l'impression que dès qu'on commence un truc on nous dit "ah non excusez nous en fait ya comme un ptit souci... Il va falloir reprendre rdv d'ici  2022 pour voir la suite" (mais non je ne suis pas mauvaise foi, en plus la dernière fois après le mauvais Huhner on avait eu un rdv en quelques jours...).

Donc j'attends le coup de fil de la secrétaire du gynéco, d'ici demain m'a t-elle promis. Pfff... 

Je veux faire cette IAC. Parce que si on nous dit que non, il veut nous revoir en consultation, ce n'est pas bon signe. Alors qu'une IAC ça veut dire que cette AMH de pipi de chat c'est pas si grave, on a le teeemps pour faire des IAC. On ne panique pas. Et je pense que c'est ce qui va se passer d'ailleurs, parce que je suis jeune quand même, et que mon comptage des follicules n'était pas si mauvais (oui j'argumente des fois que notre gynéco lirait notre blog), et qu'en plus il y a du soleil aujourd'hui.

EDIT du 03/04 :

Un coup de fil de 10 sec chrono de la secrétaire : on fait l'IAC ! Youpi ! Gloire à la secrétaire ! Vive le gonal f ! Viendez viendez mes ptits bébés. Par contre j'étais au boulot entourée de plein de gens, donc je n'ai pas dit un mot ("mais sinon il en pense quoi de mes analyses?", "une ptite consultation peut être ?"...). Donc je ne suis pas beaucoup plus avancée, je l'admets. Je rappellerai quand je pourrai.
En plus cette fois, pas de dinette à la sauce générique d'Urgences pour les nuls : j'ai eu le droit au stylo Gonal. On se réjouit de ce qu'on peut...

mardi 26 mars 2013

Incertitude

Le weekend a été difficile pour tous les deux après cette nouvelle. Nous avons essayé d'avoir des infos de notre côté, de nous rassurer, même si on sait que ce n'est pas une bonne nouvelle, cette AMH à 0,94. Mais ce n'est qu'un chiffre, pour l'instant sa signification reste incertaine pour nous.

Et sur les autres chiffres j'ai également beaucoup de questionnements : l’œstradiol est bien trop élevé mais j'avais fait un dosage l'été dernier où mon taux était normal... Et ma FSH a l'air normale mais il paraît qu'elle peut être artificiellement normale si l’œstradiol est élevé. Pfff.

Dernière chose : le comptage des follicules à J3 (J2 pour moi), j'avais 5 follicules de chaque côté, donc 2 de plus de 10mm. Sur le moment ça m'a paru bien mais je m'aperçois que pas tant que ça finalement. Les filles qui ont eu un comptage, vous en aviez combien ??

J'ai lu sur des forums (...) que certaines filles ayant eu des résultats d'AMH basse ont eu des réactions très rassurantes de leur gynéco, d'autres qui ont refait un dosage qui finalement était plus haut (???), des qui sont tombées enceintes naturellement, mais aussi des qui se sont fait "virer" de leur centre PMA, et des qui ont du renoncer à faire un enfant avec leurs propres gamètes. De tout donc, comme toujours ! Avec tout ça nous sommes perdus. Et au delà de la PMA et de notre désir d'enfant, je n'arrive pas à savoir si une AMH aussi basse est forcément synonyme de ménopause précoce.

J'ai appelé lundi matin le secrétariat du gynéco, qui doit donc lui demander de jeter un coup d’œil à mes résultats, et elle me tient au courant. Bref, j'ai compris qu'il ne fallait pas trop en attendre, et nous restons sur l'attente de notre 1ère IAC, dans quelques jours ! 

Ce n'est peut être pas plus mal. Évidemment, j'aimerais avoir rapidement un rdv avec mon gynéco pour discuter de tout ça avec lui.. Mais si il faut encore attendre un rdv dans plusieurs semaines, décaler l'IAC ... Pfff. Donc ma stratégie est de tenter de mettre ça de côté, et de croire en l'IAC.

samedi 23 mars 2013

Le coup de massue du samedi matin

J'ai donc fait à J2 de ce cycle des dosages hormonaux et sérologies. Ce n'est pas la 1ère fois... Nous avons reçu les résultats ce matin. Et c'est le sol qui s'est dérobé (enfin pas en vrai hein).

A J2 donc, un œstradiol à 94 pg/mL, bien trop élevée donc, une FSH bien à 6,3 UI mais une AMH à 0.92ug/L, très basse.

Coup de panique, des mots tournent dans notre tête. Insuffisance ovarienne, FIV ? Essayer de se calmer. Trouver de belles histoires sur les forums (ça s'est toujours possible...). Évidemment, il faudra attendre au moins lundi pour passer un coup de fil au centre PMA.

Je ne sais pas si certaines ont des infos sur tout ça, je suis preneuse, évidemment...

lundi 18 mars 2013

Entre deux eaux

Entre notre 1ère stim et notre 1ère IAC. Un cycle "pour rien", qui permet de souffler. Ce weekend je me sentais libérée du poids de l'espoir que porte chaque cycle. La pression de la période "fertile", malgré soi. Cette fois, je me suis dit qu'on sait que ça ne marche pas, et on sait pourquoi. Alors on sesque quand on veut. ET ON N’ESPÈRE PAS. Mais en 23 cycles on prend des habitudes et on se connaît par cœur, je sais bien que je compterais les DPO. 

Le dernier cycle, celui de la STIM, a été hyper long : 31 jours au lieu de 26. Je pense que c'est dû au progestan. J'espère que celui-ci sera court, pour passer vite vite à l'IAC. J'ai hâte. Et je pense que c'est bien parti puisque je pense avoir ovulé ce weekend, à J10. 

Et puis j'avais des devoirs PMA à faire, notamment sérologies et écho à J3. Quand le J1est arrivé au boulot, c'était au dessus de mes moyens d'appeler dans mon bureau, je ne me sens pas du tout en confiance. Alors j'ai prétexté une sortie extérieure pour me planquer dans ma voiture en rase campagne et appeler le cabinet d'écho. Je ne suis pas sortie de l'auberge pour la suite hein... Si je dois inventer des rdv fictifs pour chaque coup de fil... Malheureusement mon J3 tombait le jour du seigneur, alors j'avais le choix entre J2 (adieu pudeur, mais c'est un samedi), ou J4 (un lundi matin...). Samedi matin de bonne heure et de moyenne humeur nous avons donc fait notre heure de route, puis notre heure d'attente pour cette écho endo glamouresque. Mais la gynéco était vraiment très sympa, et elle y croyait à fond aux IAC vu notre Huhner, du coup c'était moins pire que ce que je pensais.

Résultat du comptage : égalité ! 5 follicules à gauche, et 5 à droite. Des petits, des moyens des gros. Des moustachus... ah non pardon je m'égare. Ma réserve ovarienne est donc bonne, mais pour un J2 j'avais 2 follicules à plus de 10mm, ce qui explique selon elle mes cycles courts.

Tant que j'en suis à décrire mon intimité, mon corps me fait des trucs bizarres. Des règles très soft mais ensuite, des crampes, des douleurs, des spottings à J9... J'essaye de ne pas l'écouter. 

En attendant, je réfléchis à ce que pourrait être notre parcours, et je pense notamment à l'adoption, un projet que j'avais avant de connaître notre infertilité. Je ne veux pas entamer dès maintenant les démarches, mais je pense au mariage, histoire que cela nous bloque pas quand on voudra se lancer... Aucun de nous deux n'y est favorable, alors je cherche une bonne idée, un truc qui pourrait nous ressembler.

mercredi 6 mars 2013

Direction les IAC

Nous avons vu notre médecin hier, pour qu'il nous confirme ce qu'on s'était déjà dit : on laisse tomber les stimulations, direction les IAC. Pour lui le test de Huhner est sans appel.

Sauf que... pas le prochain cycle mais encore celui d'après. Put*******. Je suis déçue de devoir encore attendre, alors que pour une fois mon corps était sympa et le timing était bon puisque j'en suis à J30. Donc rien sur le prochain cycle, même pas de stim. Espoir, bonsoir.

Pour nous occuper en mars, quelques joyeusetés que seule la PMA peut nous offrir : sérologies, spermogramme, écho endo à J3... Des papiers, des consentements, des photocopies, une demande de prise en charge à la sécu. 

Et ce long mois à attendre, ça m'angoisse, bien plus que ça ne devrait. 

Un coup de fil à ma mère pour la tenir au courant, mais plus ça va, plus je sens qu'elle n'a pas du tout envie d'entendre ce que je lui dis. Je comprends et je ne lui en veux pas, mais qu'est ce qu'on est seuls ! Plus on avance, plus je me sens seule. Après la consultation, j'étais triste de l'attente. Mon chéri était angoissé de la suite : jusqu'ici, si ça ne marchait pas on savait ce qui nous attendait (la stim, les IAC...), c'était effrayant mais pas trop. Mais après les IAC, et si ça ne marche pas ? L'angoisse.

Mon corps que je trouvais sympa hier est finalement un sale machin, puisque si mes règles étaient arrivées à J26, as usual, on aurait gagné quelques jours ! Donc j'en suis à J30, ça ne m'était pas arrivé depuis... pfiou. Mais j'ai évidemment fait un test hier matin : négatif. Je m'en doutais, puisque je n'ai aucun symptôme. Je ne sens pas non plus mes règles arriver, et puis ma température est toujours haute (peut être ma gastro qui n'est pas terminée...). J'imagine que c'est le progestan qui allonge mon cycle.

vendredi 1 mars 2013

Pourvu que mon ex ait des rêves prémonitoires... + EDIT

Hello !
J25,  zéro symptôme ! Même plus mal aux seins. Je couve bien quelque chose, mais plutôt un bon rhume qu'un bébé. Je suis patraque.

Mon ex m'a envoyé un sms pour me dire qu'il avait rêvé que j'étais enceinte (??!!!). Faîtes que son rêve soit prémonitoire ! C'est peut être aussi un moyen détourné de savoir où j'en suis dans ma relation actuelle, je ne suis pas naïve. Mais c'est le dernier signe qu'il me reste :)

Edit : la secrétaire de notre médecin a appelé tout à l'heure : pas de nouvelle ordonnance pour une stimulation sur le prochain cycle. Il veut nous voir rapidement pour discuter de notre test post coïtal à zéro survivant : mardi prochain ! Ça sent les IAC non ?

mercredi 27 février 2013

DPO 10

J 23, DPO10. Vous le savez, ce sont les jours les plus longs, où on oscille entre espoirs des 1001 symptômes réels ou non et peur de la porte dans la gueule, encore.

Donc pour l'instant, je n'ai pas grand chose à raconter de nouveau. Le progestan n'a pas d'effets secondaires sur moi, à part le glamour dans la culotte. J'ai mal aux seins, pas plus pas moins que d'habitude, et les spottings ne sont pas encore arrivés (soit merci le progestan ; ou merci l'hystéroscopie finalement).

Ce weekend, en escapade amoureuse, j'avais la douce sensation d'être un nid douillet, une sereine certitude que ça avait marché. Depuis, rien ! 

J'ai réussi à avoir le secrétariat PMA au téléphone pour savoir ce qui se passait ensuite, notamment après notre test de Huhner tout pourri. Réponse : soit on reçoit une nouvelle ordonnance pour une 2ème stim, soit notre médecin veut nous revoir. Suspense. Personnellement, je me pose pas mal de questions sur ce test, alors j'aimerais avoir une consultation, même si on repart sur une stimulation simple. 
Et si c'est le cas je prie pour que mes règles arrivent samedi pour ne pas avoir de contrôle écho pendant ma formation... ça me stresse.

mardi 19 février 2013

Début de l'attente

Déclenchement Ovitrelle vendredi à 18h00 : j'ai rien senti avec le stylo, rien à voir avec le Gonal. 

Avec le soleil, on a très bien profité du weekend, mais dimanche matin j'avais de fortes douleurs dans le bas ventre. Je ne savais pas quoi en penser, j'en ai conclu que c'était peut être bien l'ovulation.En tous cas c'était douloureux, mais c'est passé dans l'après midi.

Et enfin dimanche soir j'ai commencé le progestan. Rien à signaler pour l'instant !

J'ai bien envie d'y croire, mais cette saleté de test de Huhner, grrr. On a reçu le compte rendu du biologiste, mais il est très succinct et on n'y apprend pas grand chose. Il ne reste plus qu'à appeler notre médecin, mais j'attends quelques jours, pas le courage.

Je pense déjà au cycle suivant, et il y a de forts risques que je sois en formation 3 jours loin de chez moi entre le 10ème et le 15ème jour : je ne sais pas du tout comment faire. Est-ce que mon centre PMA accepterait un contrôle écho fait dans une autre ville ? Ça voudrait dire aussi se faire soi-même les piqûres... Aie aie aie. Et j'avoue que je n'ai pas envie de reculer d'un cycle, encore. 

La PMA a aussi des "bons" côtés (si si), puisque ma sœur aînée, avec qui je n'ai jamais été proche m'a envoyé un message très touchant pour nous encourager pour la PMA, et m'offrir son écoute si besoin. On a été émus !

vendredi 15 février 2013

Test tout pourri

Jeudi nous avons donc passé notre matinée entre les différents examens... Mon chéri m'accompagnait pour cette fois, le temps a paru un peu moins long.

1er contrôle écho à J10 : 1h15 d'attente avant l'écho... J'ai donc un follicule de 15mm à droite, et un follicule de 10mm à gauche. Tout va bien, l'endomètre aussi.

Puis the famous test post coïtal à la clinique. Encore de l'attente. Bon, la nuit on avait mis le réveil à minuit pour s'aimer comme des fous comme des soldats et fêter la St Valentin, ahah. C'était donc d'un romantisme dingue, mais on obéit aux ordres des blouses blanches. Crack crack 10 heures avant = check.

Après le prélèvement le biologiste est revenu de son microscope avec une tête qui disait qu'il y a avait comme un souci. Alors ma glaire est superbe, abondante et de très bonne qualité, tout comme les petits soldats de messieurs lors du spermogramme. Sauf que : pas de survivants dans la glaire. Ou très peu, alors qu'il y aurait dû en avoir plein. Il m'a donc fait comprendre que faire 3 stimulations ne serviraient probablement pas à grand chose, et qu'il fallait revoir ça avec notre médecin. Nous allons attendre le compte rendu écrit avant de le contacter ... 

De retour au boulot l'après midi, j'ai donc appelé l'infirmier qui m'a dit de déclencher ce soir à 18h00, puis partie de jambes en l'air ce soir et dimanche. Progestan à partir de dimanche soir. Chef, oui chef. 

C'était une longue journée pleine d'émotions, puisque je n'ai pas songé un seul instant que notre test puisse être mauvais. Depuis le début, tout est bon, alors j'étais confiante. En même temps, ce n'est qu'un test à un moment, et puis ça donne de l'espoir dans la PMA... Nous attendons avec impatience le compte rendu du biologiste !

La bonne nouvelle aussi c'est que la stimulation n'aura pas duré très longtemps, et tant mieux car je peux dire bye bye aux nausées du Gonal (mais j'en veux d'autres dans 15 jours, m'oubliez pas les nausées !!!).

lundi 11 février 2013

Du piquant !

J'ai passé les coups de fil, pris mes rdv, comme une bonne élève. Pendant tout ce weekend pluvieux, j'ai pensé à sa conclusion : la 1ère piqûre. Bien sûr, pas la piqûre en elle même, mais sa signification, les espoirs qu'elle porte, les peurs aussi.

L'infirmière est donc venue dimanche soir, vers 18h30, et nous a montré comment faire. Mon chéri le sent bien, ce sera son tour ce soir. Je me sentais un peu fébrile après.
J'ai passé une mauvaise nuit, à guetter quels effets ça pouvait avoir sur moi. Je n'aime pas les traitements, et quand je dois en prendre un nouveau, quel qu'il soit, ça me stresse au début.

Dans la moiteur de mon insomnie, je me demandais si j'y croyais. En fait pas vraiment, pour cette 1ère stimulation, non. J'ai l'impression que ça va foirer. Amis de l'optimisme, passez votre chemin. Ça marchera, oui, une fois prochaine.
J'essayais donc de penser à une issue positive, à la petite fille que nous pourrions porter dans quelques mois, à son prénom. Au petit garçon. Ou au rien, à la suite, à ce que pourrait être notre histoire.

mercredi 6 février 2013

Et c'est parti !

La journée d'hier a été très difficile, triste et longue au boulot. Mes règles sont évidemment arrivées et j'ai broyé du noir. C'était plus difficile que les autres fois, parce que j'y croyais, et parce qu'il fallait que ça marche maintenant.

Je n'ai pensé qu'aux bras de mon chéri toute la journée, et le soir nous avons pleuré tous les deux. La déception, la fatigue, les doutes et l'appréhension de ce qui nous attend. Mais après une bonne nuit de sommeil, tout va mieux ! Il faut foncer.

J'ai donc récupéré les piqûres et autres joyeusetés à la pharmacie, et pris mes rdv. Ce qui me faut de me poser 3 miliards de questions. Que je vous livre. Du genre :

Sur la boîte et la notice du Gonal, il est marqué que la boîte ne contient pas les aiguilles... Alors qu'il y a en bien 2 avec la seringue et la poudre. Je suis folle ou bien ce sont eux qui débloquent ?

La 1ère piqûre aura lieu un dimanche, je ferai venir un infirmier. J'ai ma dose du 6ème au 9ème jour, puis l'ordonnance est à renouveller en fonction de l'écho : le 10ème jour je saurai donc ça le jour même (l'après midi) pour ma piqûre du soir, mais ma pharmacie n'a pas de stock... Vous faites comment vous ? Vous renouvellez avant ?

Enfin, mon médecin m'a prescrit : une écho au 10ème jour + PDS + test post coïtal. A priori, l'écho se fait dans un cabinet en ville, où la secrétaire m'a dit qu'il ne fallait pas prendre rdv pour le test, on me dira sur le moment si il faut le faire, auquel cas il faudra aller à la clinique. Mais, mais ? Ce n'est pas ce que j'avais compris, et puis on est censés avoir un rapport 8 à 10h avant, alors avec une écho vers 9h00, trajet vers la clinique, attente... Réveil à 3h du matin pour faire crac crac ?
Evidemment je n'ai pas réussi à joindre le secrétariat, et en journée, ce n'est vraiment pas facile au boulot de passer ces coups de fil...

Bref, vous aurez compris que je me sens un peu perdue, mais je savais bien qu'il me faudrait de l'énergie...

lundi 4 février 2013

Etats d'âme du lundi matin

Dur ce lundi matin. J26, pas de spottings, 2 jours à y croire en me raccrochant à "pas de spottings", et un vague témoignage sur un forum d'une fille tombée enceinte le cycle d'après l'hystéroscopie. A part ça, tout annonce mes règles : aucun signe, même pas mal aux seins, température basse ce matin. Il faut redescendre.
J'ai mis mon ordonnance de piqûres dans mon sac, des protections aussi, je suis parée.

Et puis il y a cette collègue, infertile, avec un parcours PMA derrière elle depuis des années (enfin j'imagine, parce qu'elle ne m'en a jamais parlé, elle m'a simplement dit qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfant).
Des sous-entendus d'une autre collègue la semaine dernière, comme quoi un truc heureux arrivait dans sa vie.

Elle revient de congés là. Du coup j'y pense. J'y pense. J'y pense.

mercredi 30 janvier 2013

Notre feuille de route

Nous avions RDV hier avec notre médecin PMA, pour le bilan de l'hystéroscopie et la suite du parcours...
Malgré une heure de retard et une consultation débutée à midi et demi, il a pris de temps de nous expliquer, et ça s'est bien passé.

Au final, l'hystéroscopie n'aura pas permis d'enlever grand chose, donc c'est fait, mais ce n'est pas dit que ça change quoi que ce soit. Parfois l'opération permet une grossesse juste après, parfois non, bref, il ne s'est pas avancé.

Nous sommes donc en infertilité inexpliquée, et le maître mot des échanges a été "Ici je ne soigne pas, je tente des choses pour que ça marche". J'ai trouvé que ça aidait à passer la frustration de l'"inexpliqué".

Il est parti tout de suite sur les inséminations, puis finalement, a préféré nous proposer de tenter quelques stimulations simples avant, 2 ou 3 cycles, avant les IAC. Mon chéri a posé pas mal de questions, le médecin nous a expliqué les choses simplement, c'était assez clair.

Le programme : au prochain cycle, stimulation avec une 1ère écho de contrôle à J10 + prises de sang + test post coïtal.

La mauvaise nouvelle, c'est que pour notre médecin, tout doit se faire au centre FIV de la clinique, situé à 45 min de chez nous... merci les matinées de boulot bouffées.

Nous sommes assez contents de la consultation, et contrairement à mes doutes d'il y a quelques jours, je suis contente de tenter quelques stimulations, et même impatiente.

lundi 7 janvier 2013

Du décalage avec les proches...

J'en suis à J 24 mais les spottings sont là depuis quelques jours, l'opération n'aura même pas changé ça...
Encore quelques jours à attendre.

Une conversation téléphonique avec ma meilleure amie ce weekend... Je lui avais parlé de nos "essais bébé" au début, puis plus du tout, et je pense qu'elle n'osait pas poser la question... Du coup je lui en ai parlé, de notre parcours, de l'opération, sans entrer dans les détails. Sa réaction a été inversement proportionnelle à mes attentes. Décidemment, parler de son infertilité ressemble à une sorte de roulette russe. On ne peut jamais prévoir à l'avance les réactions.

Tous les lieux communs bienveillants y sont passés, le blocage psychologique, la copine à machin qui est tombée enceinte juste après l'agréement pour adopter, et j'en passe. Je lui ai fait comprendre que tout ça n'avait pas vraiment de sens, et que même si évidemment on croit encore à une heureuse issue, le parcours est difficile à vivre. Mais la ritournelle a continué. J'ai changé de conversation. Ses mots se voulaient réconfortants, mais ils étaient blessants. Elle s'est rendue compte de sa maladresse et s'est excusée plus tard avec un sms très gentil.
Ceci dit, j'aurais peut être réagi de la même manière il y a 2 ans... Difficile d'éviter ce décalage.

J'ai tellement envie que ça marche là, maintenant.

mercredi 2 janvier 2013

Nouvelle année

Je ne déroge pas : Bonne année 2013 à tous ! Joie et bébés pour tout le monde !

Nous avons reçu le compte rendu post opératoire de l'hystéroscopie, je n'y ai pas appris grand chose. Les prochaines étapes sont : quelques examens, stimulations, IAC. Si ça ne marche pas avant bien sûr.
Parce que bon, évidemment j'ai envie d'y croire là, de penser que l'opération a changé quelque chose, que c'est notre tour, bordel. Alors je suis à J19, comme au premier cycle, impatiente et pleine d'espoir...

J'imagine cette possible "réussite" bien plus que je ne le devrais. Décollage ou crash dans quelques jours...