mardi 25 septembre 2012

Compter

J24.
J'y crois, j'y crois plus, mais pourquoi pas ? Mais non, comme d'habitude.
Je guette mon corps. Tiens d'habitude j'ai des spottings à partir de J20, là rien. Conséquence de l'hystéro ? Alignement des planètes ? Un signe de grossesse ?

Et puis d'habitude des cycles durent 26 jours, avec un bon gros syndrôme pré menstruel pendant 5-6 jours avant. Là, rien. Hystéro ? Le changement c'est maintenant ? J'ai ovulé plus tard ? J'ai pas ovulé parce de toutes façons j'avais qu'un follicule à gauche c'est tout pourri ? Un signe de grossesse ?

Tiens de suis constipée depuis plusieurs jours : mauvaise digestion ? Ah bah si finalement j'ai peut être le syndrôme pré menstruel ? L'hiver qui approche ? Un signe de grossesse ?

Ouh mes chats m'ont collée ce matin, tous les deux sur moi : mes chats m'aiment ? mes chats angoissent du déménagement ? Mes chats me prennent pour une bouillote en ce début d'automne ? Stéphanie de Monaco ? Un signe de grossesse ?

Bref, comme beaucoup, la rationnalité me quitte en fin de cycle. Tout est signe de grossesse.
Simplement j'appréhende cette fois. Je sens que ça va être dur car après il faudra attendre jusqu'à fin novembre pour le rdv PMA. Le 16ème échec.
En plus, ça arrivera ce weekend : on reçoit mes beaux parents (qui ne sont pas au courant de nos essais), on prépare le déménagement... Bref, il faudra prendre sur soi en cette période déjà chargée en stress.

Ah, cet espoir. Cette envie surtout. Cette nuit ou demain matin, je me réveillerai avec un bon mal de ventre annonciateur de règles, et je trouverai ridicule d'y avoir cru, alors que si ça n'a pas marché pendant 16 cycles, pourquoi maintenant ?

(Oblomov toujours en lice pour le post avec proportionnellement le plus de points d'interrogation dedans. Non ?)

Edit du lendemain :
Il suffit de le dire pour que mon corps me fasse mentir. Les spottings sont arrivés, je ne me fais plus d'illusion.

mercredi 19 septembre 2012

Où on parle des réactions des proches

Jusqu'ici donc, nous en avons parlé à une de mes soeurs et à mes parents.
La première avait très bien réagi, et j'étais pleine d'espoir quant au soutien qu'elle pourrait m'apporter.
Inversement, mes parents avaient parus un peu distants et maladroits.

Après ce weekend, je peux dire que je me suis trompée, c'est exactement le contraire.

Ma mère nous a posé des questions sur nos examens, très naturellement, sans insister ou quoi que ce soit. Je pense qu'elle essaye d'être rassurante, "ça va marcher, il n'y a pas de raison...".

Lors d'un repas tous ensemble, ma soeur a commencé à parler d'une collègue qu'elle pense enceinte. Jusqu'ici, pas de problème. Mais la discussion (monologue) n'en finit pas, et vas-y que je te parle des symptômes de grossesse, et des discussions de femmes enceintes dans son service, de son envie de petit 3ème, blablabla, blabla, bla. Je me sentais totallement coincée, le nez dans mon assiette, incapable de me reprendre. Ca n'en finissait pas, ma gorge se serrait, je me sentais bête.
Je voyais ma mère gênée pour nous, elle a réussi à faire changer la conversation de sujet. Ouf. Je n'osais pas lever les yeux.
Nous en avons parlé sous la couette avec mon chéri : il a ressenti exactement la même chose. On s'est sentis cons, mais au moins on était 2 !

A part ça, J18 aujourd'hui, et au bout de la ligne, comme les 15 fois précédentes, une porte dans notre gueule.

lundi 17 septembre 2012

Echo et petites humiliations

Autant l'hystéro j'avais peur, je tremblais, je m'étais préparée à vivre une journée horrible, alors que la gentillesse et l'écoute des gens à la clinique m'ont vraiment aidée ; autant passer une banale écho chez sa gynéco peut te gâcher ton vendredi soir.
Pourriture de secrétaire que j'appelle 3/4 d'heure avant le rdv pour lui demander si je commence à boire ou si elle a du retard. En moyenne, ma gynéco a 3/4 ou une heure de retard. "Mais pas besoin de boire pour l'écho de grossesse". Hum, hum. Bref, elle me dit que non, elle n'a pas de retard. Bouchons du vendredi soir, pas de place de parking, salle d'attente : 4 personnes devant moi. J'enrage, je pense même à lui faire pipi dessus, à cette secrétaire.
18h30, la secrétaire m'installe dans la petite pièce d'écho, puisqu'elle a fini sa journée : je reste donc seule à attendre le messie, enfermée dans la pièce pendant 25 min. Les larmes montent : il y a un an, si je m'imaginais dans une salle d'écho, ce n'était pas vraiment pour guetter le follicule. J'ai toujours envie de faire pipi.
L'écho a montré un follicule à gauche, ma gynéco n'a pas été prolixe, du genre à ne pas finir ses phrases. Elle avait oublié qui j'étais, comme à chaque fois. On s'est quand même vues 4 fois ce mois ci. Je sais qu'elle en voit...

Comme on déménage, ce sera sans doute la dernière fois que je la vois, sans regret ! C'est une gynéco coutumière des petites phrases culpabilisatrices, et surtout, obsédée par l'ovulation. J'imagine que c'est logique, c'est ce qu'elle sait traiter, les problèmes d'ovulation, donc ça fait 6 mois qu'elle me prouve à chaque fois avec satisfaction que oui oui, j'ovule bien. Sans déc' ?

Mon chéri m'a ramassée à la petite cuillère le soir, pour pas grand chose au final. Juste des petites humiliations ordinaires.

J'ai pris rdv ce matin en PMA. Quand la secrétaire m'a annoncé le 20 novembre, plus de deux mois d'attente, mon coeur s'est encore serré. J'en verrai tellement d'autres, je le sais. Mais putain je me sens triste.

jeudi 13 septembre 2012

My name is Lise, Lise Théro !

J'ai tellement besoin de débriefer l'hystéro. Autant vous dire que j'appréhendais, l'examen en lui-même et surtout le résultat... Mais je n'avais pas anticipé une autre angoisse : le centre d'imagerie se trouve dans une clinique, l'enfer pour moi et ma santé nerveuse. Voir le mot "clinique", entrer dedans, voir des mots médicaux partout, des blouses, des lits à roulettes = l'hystéro on s'en fout, de toutes façons je vais mourir d'apoplexie avant d'avoir atteint le bout du couloir.

Tout en nuances. J'avais oublié l'ordonnance, je ne me rappelais plus du nom de mon médecin traitant, le produit donné par la pharmacie n'était pas le bon. Mmm, OK. Mais ils étaient à l'heure, le médecin et son assistante très gentils (mais genre vraiment), ça a duré en tout 3/4h. Tout va bien, mes trompes sont de vraies autoroutes à gamètes. J'étais soulagée ! A tel point que je n'ai pas trop écouté ce qu'il m'a dit ensuite.
C'était douloureux mais supportable. Ils m'ont trouvée détendue, bonne blague.
Après la sieste, j'ai lu ses petites conclusions, et il a remarqué un endomètre épaissi (hyperplastie). J'ai googlisé, j'aurais pas dû. Quelqu'un connaît ? J'ai recommencé à flipper.

Puis il y a les petites anecdotes de l'hystéro qui nous ont fait ricaner le soir, à la lueur de notre connerie. J'ai l'utérus pas du tout au milieu, il se balade à droite, mais complètement. Evidemment ça n'a aucune conséquence en vrai sur la fertilité, mais sur les blagues pourries et notre imagination, si.

Prochaine étape : l'échographie, demain soir.

vendredi 7 septembre 2012

Au menu des réjouissances : noms barbares et vexations

Spermogramme normal, on se réjouit. Ensuite, on nous demande de faire une hystèrosalmachintrucgraphie, la semaine prochaine, puis une échographie. Puis prendre RDV en PMA. Puis prévenir notre gynéco de l'arrivée de notre bébé. (Dans l'ordre). Entre deux, on déménage.
Bon, évidemment, ces examens, c'est stressant, j'appréhende, puis il faut encore prendre sur son travail... Passons en par là, j'espère que ça ne durera pas. Mon amoureux m'a fait remarquer que le jour de l'hystéro, ce sera notre anniversaire de Pacs. J'avais pas signé pour ça !

Je mangeais hier midi seule avec mes parents. L'occasion de leur en parler, j'avais prévu de leur dire, même si ça n'arrivait pas très naturellement dans la conversation.

On ne peut pas dire qu'ils aient sur-réagi. "Il n'y a pas de raison que ça ne marche pas, ça a marché pour tes soeurs", "machin chose a mis du temps aussi pour avoir son bébé, mais bon au final ça a marché. Et puis les couples maintenant, c'est comme ça." Je pense que leur assurance, leur ton anodin, comme si on parlait du dernier épisode de l'amour est dans le pré, était là par bienveillance. Au final, j'ai eu l'impression qu'ils se fichaient pas mal de comment on le vivait, en ce moment, nous.
"C'est parce que tu ne manges pas assez, tu as vu comme tu es maigre." Evidemment.  Mais au moins c'est dit, même si le souvenir ce cette conversation me laisse plutôt mal à l'aise et triste.

lundi 3 septembre 2012

Quelle suite ?

Jusqu'ici, tout va bien.
Les résultats du spermogramme sont arrivés par internet dès vendredi soir (incroyable), conclusion : normal. Nous avons fouillé un peu dans le web, notamment grâce à cet article très instructif de Mme Faithfull. Vraiment normal.

Soulagés sur le moment, mais maintenant ?